Édito #43 – Gauche républicaine et extrême-droite : les vases communicants

Dans Le Monde, la semaine dernière, deux articles sur la gauche, française pour l’un et scandinave pour l’autre, sont comme une piqûre de rappel à propos de la gauche sociale-démocrate ou, comme elle se désigne de plus en plus en France, laïque et républicaine.

En France comme en Scandinavie et particulièrement au Danemark, on perçoit le lien entre la gauche démocratique, i.e. anticommuniste, et l’extrême-droite dont, en dernière analyse et particulièrement en temps de crise, elle partage la vision du monde, du pays et la désignation de l’ennemi.

Dans son texte Qu’est-ce qu’un collaborateur ? d’août 1945, Sartre montre bien que ce qui définit le collaborateur, précisément, est son réalisme proclamé, ce « réel » qui justifie à ses yeux son abjection. Le réel indépassable de ces gens est aujourd’hui « le problème immigré » ou, variante post-coloniale, « l’islamisme » pour ne pas dire « islam » comme hier le « problème juif ».

Si à cela, on ajoute la remarque de Machiavel selon qui si l’Histoire ne se répète pas, elle a ses justes pendants, on peut faire le constat que la gauche républicaine qui le 10 juillet 1940 a voté les pleins pouvoirs à Pétain au Casino de Vichy et qui a encouragé, avec Mollet, Lacoste et Mitterrand, la torture en Algérie pendant la guerre de libération nationale renoue une fois de plus avec son allié de toujours en temps de crise, l’extrême droite. C’est que gauche républicaine et extrême-droite partagent une même vision de ce pays qu’elles présentent comme objective, réaliste.

Précisons. Le Pen a bien été un tortionnaire mais ses pratiques, pour criminelles et infâmes qu’elles aient été, étaient sous direction socialiste.

Les articles du Monde de la semaine dernière nous informant d’une part que la social-démocratie danoise est revenue au pouvoir en s’alignant sur l’extrême-droite concernant l’immigration et d’autre part que la plus récente égérie de l’antiracisme moral, Rachel Khan (autrice de Racée), a officieusement conseillé Marine Le Pen après avoir avec elle partagé un couscous et été touchée par sa « fragilité » (sic) ne nous surprennent donc pas.

La gauche française, PCF compris – et Roussel l’incarne admirablement dans cette campagne -, est du côté de la puissance française. Elle a en plus, héritage de la IIIème République qui mènera à la boucherie de 14 et ira s’écraser aux pieds du fantoche Maréchal Pétain, un rapport caricatural aux religions et singulièrement à l’islam puisque celui-ci croise son histoire coloniale et sa défaite en Algérie.

Au-delà de la seule figure de Rachel Khan mais aussi de Mila, désormais zemmouriste complexée, les thématiques remises au goût du jour de la gauche laïque et républicaine posent les véritables enjeux politiques et disent la nature profonde du consensus qu’il faudra combattre.

Jordan Bardella du RN se réjouit de la prose du Printemps républicain et Rachel Khan craint moins une victoire de Le Pen que « l’agitation indigéniste ». Le consensus est ici clair. Le seuil de tolérance, expression du PCF reprise et amplifiée par le PS de Mitterrand notamment après les grandes grèves ouvrières d’immigrés dans l’industrie automobile de la région parisienne entre 1982 et 1984, est la version démocratique du grand remplacement agité par l’extrême-droite. C’est pourquoi au moment où l’antiracisme moral coule comme le Titanic et qu’une manifestation contre l’islamophobie a réuni 15000 personnes fin 2019, les partisans laïcs du seuil de tolérance et la pure extrême droite se serrent les coudes. En ce sens, la séquence ouverte par les grèves de Talbot se clôt. Cette séquence était elle-même, comme aujourd’hui le consensus raciste, un écho de la guerre d’Algérie pendant laquelle Mitterrand et Le Pen étaient du même côté.

Les choses sont donc simples et c’est bien là-dessus que chacun devra se prononcer et le cas échéant agir politiquement. Oui, « le grand remplacement, et alors[1] ? ». Car c’est bien à cela qu’il faut répondre. Ce pays, la France, est-il celui de tous ceux qui y vivent ou seulement celui de blancs de préférence athées ou catholiques gallicans ?

 

[1] https://www.youtube.com/watch?v=vlGeGXkLe8o&t=10s

Inscrivez-vous à la newsletter !

Ne ratez aucune de nos publications !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Laisser Un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.